Avertissement Cliquez ici pour agrandir
Avertissement J'ai lu et j'accepte les modalités, cliquez ici pour réduire la fenêtre

FACTEURS DE RISQUE


Ces informations constituent une offre financière promotionnelle relative à la stratégie First Sentier Asia Pacific ex-Japan. Ces informations sont exclusivement réservées aux clients professionnels dans l’Espace économique européen et partout ailleurs où leur diffusion est légale. L’investissement comporte certains risques et notamment:

  • La valeur des investissements et des éventuels revenus qu’ils génèrent peut varier à la hausse comme à la baisse et n’est pas garantie. Les investisseurs peuvent ne pas récupérer l’intégralité du montant initialement investi.
  • Risque de change: les fluctuations des taux de change peuvent avoir une incidence sur la valeur des actifs libellés dans d’autres devises.
  • Risque lié à une exposition unique à un pays / à une région: il est plus risqué d’investir exclusivement dans un pays ou une région que de diversifier ses positions sur plusieurs pays ou régions mondiales. Une exposition diversifiée à plusieurs pays ou régions contribue à atténuer le risque.
  • Risque lié aux charges en capital: les frais et charges peuvent être imputés sur les immobilisations. Déduire les frais du capital diminue son potentiel d’appréciation.
  • Risque propre aux marchés émergents: les marchés émergents peuvent ne pas apporter aux investisseurs le même niveau de protection que les marchés développés ; comparés à ces derniers, ils peuvent présenter un risque accru.

Pour de plus amples informations sur les sociétés agréées par la FCA publiant ces informations ou sur tous les fonds visés, veuillez consulter les Conditions générales et les Informations importantes ci-après.

Pour une description des termes liés à l’investissement et des risques, veuillez vous référer au Prospectus et au Document d’information-clé pour l’investisseur de chacun des fonds

Si vous n’êtes pas certain que nos fonds soient adaptés à votre objectif d’investissement, nous vous invitons à faire appel à un conseiller en investissement.

Sortir des turbulences avec notre Étoile polaire

Alors que le monde continue de passer des poussées de Covid aux verrouillages réflexifs et localisés, tout le monde regarde maintenant vers un mythique statu quo ante bellum - l'époque de l'avant-Covid, quand le monde était simplement beau. ‍

Nous sommes de retour sur un territoire familier et les nouvelles obsessions sont les banques centrales, le taux d’impression d’argent et l’inflation.

Il n’est donc pas surprenant que les marchés aient soldé à l’arrivée réelle, contrairement à la simple attente, de meilleurs moments. Les taux d’intérêt ont augmenté, les marchés obligataires ayant reculé et les marchés boursiers ayant connu une forte rotation.

Les actions de type obligataire, celles qui ont le plus bénéficié des taux d’actualisation inférieurs, ont chuté. Le marché le plus spéculatif, renforcé par le Covid, technologique et encombré, a été le plus durement touché. En particulier, ceux qui exigent la plus grande imagination et la suspension du doute, comme les scénarios de rêves à revenus multiples et le marché potentiel total (TAM), ont été affectés de manière disproportionnée.

Les marchés semblent maintenant se rappeler où ils se trouvaient avant le Covid. La différence, c'est qu'il y a plus de dettes d'entreprises, que les finances publiques ont été assombries et que les valorisations boursières sont globalement plus élevées. Sur le plan politique, nous ne serions pas surpris si le Covid apparaissait à temps pour marquer un changement plus large vers une plus grande intervention gouvernementale sur les marchés, parallèlement à une fiscalité plus élevée et à une réglementation plus stricte.

Pendant ce temps, les derniers bouleversements sociaux en Occident ressemblent à une nouvelle version d’une révolution culturelle. Bien que cela s'avèrera, espérons-le, temporaire, cela pourrait tout aussi facilement signaler le début d’un changement générationnel permanent en faveur du travail plutôt que du capital, de la primauté des questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) par rapport aux bénéfices et une préférence pour la société par rapport aux solutions d’entreprise.

Nos principes d’investissement restent notre étoile polaire

Dans ce contexte, nous sommes restés fidèles à nos principes d’investissement et nous nous sommes concentrés sur la recherche d’entreprises de haute qualité dans lesquelles investir à long terme. Bien que nous soyons des investisseurs « bottom-up », il existe de puissants thèmes structurels qui soutiennent les entreprises sous-jacentes dans lesquelles nous avons investi, de la classe moyenne croissante à la consommation croissante, en passant par une population vieillissante, de meilleurs soins de santé et une perturbation technologique, pour n’en citer que quelques-uns.

Cela peut être observé dans la répartition sectorielle concentrée de notre portefeuille Asie-Pacifique. L’exposition la plus importante concerne les sociétés de consommation, les produits de consommation de base et les activités discrétionnaires de consommation, représentant 25 % du portefeuille selon la classification de MSCI. Cependant, selon nous, vous pouvez facilement considérer Techtronic Industries, Jardine Matheson et l’aéroport international de Shanghai (SIA) comme des entreprises axées sur les consommateurs. MSCI les considère et les classe comme Industriels.

Home Depot représente 50 % des ventes de Techtronic, et le tourisme chinois (à la fois national et international) devrait donner à SIA un vent favorable. Bien que Jardine Matheson soit un conglomérat, ses deux plus grandes entreprises (Jardine Cycle & Carriage et Dairy Farm) sont toutes deux des entreprises de consommation. Nous considérons également que Voltas, le fabricant indien de climatiseurs, est une autre entreprise de consommation, bien que MSCI la classe comme une autre entreprise industrielle. Si vous ajoutez tout cela ensemble, les sociétés de consommation représentent plus largement 35 % du portefeuille.

Qui décide des classifications de secteur ?

De même, selon MSCI, les technologies de l’information (TI) ne représentent que 25 % du portefeuille. Cependant, Naver, Tencent et Seek sont tous classés comme des entreprises de services de communication. Nous pensons qu’il est plus correct de les considérer comme des sociétés informatiques. Mais, même cela n’est pas vraiment correct. Les trois sont des entreprises à plateforme informatique étendue.

Ensemble, elles représentent un peu moins de 10 % du portefeuille. Ce qui les motive vraiment, c’est à nouveau la richesse croissante des consommateurs asiatiques et la classe moyenne croissante. JD.com est déjà catégorisée par MSCI comme une entreprise de biens de consommation discrétionnaire, ce qui confirme plutôt le point de vue de notre société. En rassemblant tout cela, les services informatiques représentent plus exactement environ 35 % du portefeuille.

Nous avons eu tendance à séparer l’exposition informatique du portefeuille en trois segments : Plateformes informatiques, entreprises de hard-tech et de services informatiques. Les entreprises de hard-tech se composent des sociétés qui fabriquent et fournissent aux multinationales mondiales des composants et des services. Cela inclut Taiwan Semiconductor (TSMC), Mediatek, Largan et Advantech, avec une exposition collective d’environ 15 % du portefeuille.

Ensemble, les sociétés de services informatiques représentent environ 10 % du portefeuille. Il s’agit d’entreprises multinationales (MNC) basées en Inde qui numérisent tout simplement le monde. Le Covid leur a évidemment donné plusieurs vents arrière supplémentaires. Nous pensons qu’il s’agit collectivement d’entreprises de très grande qualité, avec des rendements élevés, un flux de trésorerie solide et généralement des bilans nets de trésorerie. Nous détenons Tata Consultancy Services (TCS), Tech Mahindra et Cognizant.

L’autre exposition majeure du secteur est liée aux valeurs financières. Celles-ci représentent collectivement environ 25 % du portefeuille. L’exposition principale concerne les banques privées indiennes. Nous constatons de nombreuses pistes de croissance pour ces entreprises de capitalisation à rendement élevé (ROE). Bien que les nouvelles de l'Inde aient été désastreuses ces derniers temps, les entreprises semblent avoir pour la plupart encaissé le coup, au moins en termes humains. Nous pensons que le Covid a également renforcé la position concurrentielle des banques, avec une baisse de la concurrence.

En dehors de ces trois grands secteurs, les autres participations de sociétés représentent cumulativement seulement 5 % du portefeuille. Ce sont des sociétés que nous considérons comme individuellement attrayantes, telles que Fanuc (fabricant japonais de robots), Indocment en Indonésie et Central Pattana (propriétaire de centres commerciaux en Thaïlande). La plus grande source de croissance de Fanuc a été la Chine, l’entreprise en particulier bénéficiant d’une reprise du cycle d’investissement en capital dans l’informatique (en particulier les smartphones) et l’automobile.

Ce que nous savons, et ce que nous savons que nous ne savons pas

Presque tout le monde convient que l’avenir est complètement imprévisible. Comme on dit :  l’art de faire des prédictions est particulièrement difficile, en particulier lorsqu’elles concernent l’avenir.. Bien que nous ne sachions pas grand-chose sur l’état du monde macroéconomique, au niveau du portefeuille, nous sommes convaincus que tout va bien.

On dit que la gestion des fonds, lorsqu’elle est bien pratiquée, nécessite une combinaison inhabituelle d’arrogance et d’insécurité. La gestion de ces forces opposées reste la clé du succès, mais le fait d’avoir une philosophie et un processus très solides aide grandement.

Bien que nous soyons globalement confiants concernant les sociétés du portefeuille dans son ensemble, nous apprécions tout autant les dangers de l’auto-satisfaction. Le doute, comme nous l’avons dit, pourrait ne pas être une condition tout à fait agréable, mais dans ce contexte, il reste probablement une émotion constructive.

Source : Données sur les sociétés extraites des rapports annuels des sociétés ou d’autres rapports similaires destinés aux investisseurs. Les indicateurs financiers et les valorisations proviennent de FactSet et de Bloomberg. A la fin juin 2021 ou comme autrement indiqué.

Remarque : L’éventuelle référence à des titres spécifiques est indiquée à des fins d’illustration uniquement et ne doit pas être interprétée comme une recommandation d’acheter ou de vendre ces titres.  Les titres mentionnés aux présentes peuvent ou non faire partie des portefeuilles de FSSA Investment Managers à un certain moment, et ces parts peuvent changer à tout moment.

Dernières publications

À mesure que les pays asiatiques se sont enrichis, leurs économies ont opéré une transition vers la consommation. Ainsi, l’augmentation des revenus par habitant s’est traduite par une augmentation des dépenses sur l’ensemble des biens et services.
  • Article
  • 6 Minutes