Avertissement Cliquez ici pour agrandir
Avertissement J'ai lu et j'accepte les modalités, cliquez ici pour réduire la fenêtre

FACTEURS DE RISQUE


Ces informations constituent une offre financière promotionnelle relative à la stratégie First Sentier Asia Pacific ex-Japan. Ces informations sont exclusivement réservées aux clients professionnels dans l’Espace économique européen et partout ailleurs où leur diffusion est légale. L’investissement comporte certains risques et notamment:

  • La valeur des investissements et des éventuels revenus qu’ils génèrent peut varier à la hausse comme à la baisse et n’est pas garantie. Les investisseurs peuvent ne pas récupérer l’intégralité du montant initialement investi.
  • Risque de change: les fluctuations des taux de change peuvent avoir une incidence sur la valeur des actifs libellés dans d’autres devises.
  • Risque lié à une exposition unique à un pays / à une région: il est plus risqué d’investir exclusivement dans un pays ou une région que de diversifier ses positions sur plusieurs pays ou régions mondiales. Une exposition diversifiée à plusieurs pays ou régions contribue à atténuer le risque.
  • Risque lié aux charges en capital: les frais et charges peuvent être imputés sur les immobilisations. Déduire les frais du capital diminue son potentiel d’appréciation.
  • Risque propre aux marchés émergents: les marchés émergents peuvent ne pas apporter aux investisseurs le même niveau de protection que les marchés développés ; comparés à ces derniers, ils peuvent présenter un risque accru.

Pour de plus amples informations sur les sociétés agréées par la FCA publiant ces informations ou sur tous les fonds visés, veuillez consulter les Conditions générales et les Informations importantes ci-après.

Pour une description des termes liés à l’investissement et des risques, veuillez vous référer au Prospectus et au Document d’information-clé pour l’investisseur de chacun des fonds

Si vous n’êtes pas certain que nos fonds soient adaptés à votre objectif d’investissement, nous vous invitons à faire appel à un conseiller en investissement.

Croissance asiatique - Points de vue mensuels du gestionnaire

« Le chiffre d'affaires est la vanité, le résultat net est la santé, mais la trésorerie est la réalité » -Anon

En périodes de prospérité comme aujourd’hui, lorsque les liquidités ne coûtent rien et que les taux de capitalisation sont nuls, tout le monde se concentre sur la croissance et l’avenir. Le chiffre d’affaires est la vanité, dans le sens où les entrepreneurs, Dieu merci, osent encore rêver et créer des entreprises. Nous aussi, nous passons une grande partie de notre temps à chercher la prochaine opportunité et à évaluer dans quelle mesure les entreprises peuvent croître.

Mais les valorisations sont très souvent déterminées par la rentabilité actuelle, alors que les entreprises valent en théorie uniquement la valeur actualisée des liquidités qui peuvent au final être restituées aux actionnaires. On a dit qu’en théorie, il n’y a aucune différence entre la théorie et la pratique, mais dans la pratique, nous savons que ce n’est pas vrai. C’est surtout une question d’appétence au risque, qui est en berne ces derniers temps.

Récemment, les marchés se sont détournés de leur obsession pour le chiffre d’affaires pour s’intéresser davantage au résultat net, mais ils ne montrent toujours pas beaucoup d’intérêt pour la trésorerie. Ce changement a été induit par une hausse très modeste (en partant de rien) des taux d’intérêt en réponse aux pressions inflationnistes. L’environnement politique et économique s’est également détérioré.

Il n’y a vraiment rien à voir. Mais ces mouvements nous ont poussés à repenser la génération de trésorerie comme principal indicateur de qualité. De plus, nous voulions examiner de plus près la manière dont les sociétés de notre portefeuille se comportaient collectivement pendant la pandémie de Covid. Après tout, en termes de stress, une pandémie est un choc bien plus brutal qu’une évolution défavorable de l’inflation et des taux d’intérêt. En particulier, je m’intéresse à la manière dont nos sociétés ont traité les actionnaires.

Résilience du portefeuille et marqueurs de qualité

Leurs paiements de dividendes devraient nous en dire beaucoup sur leur résilience et leur persistance par rapport à nos attentes, ainsi que collectivement sur la qualité globale du portefeuille. Par exemple, une pléthore d’appels de fonds d’urgence indiquerait que nous sommes trop exposés à des sociétés aux activités cycliques et au bilan médiocre, ce qui donne une sorte de score en termes de respect de notre engagement de qualité (de plus en plus courant).

En examinant le portefeuille et en repensant à la période du Covid, j’ai été surpris d’apprendre que le montant global des dividendes versés à la stratégie (pondéré en fonction des participations) n’a diminué que de 5 % par rapport à l’exercice financier (EF) 2020. C’est mieux que prévu, car 15 sociétés ont réduit leurs dividendes, mais de très peu. Le chiffre global a également été soutenu par une forte augmentation des dividendes de Mediatek en particulier. Cependant, même en dehors de cela, la baisse globale est encore assez modeste.

Sur environ 40 sociétés (avec quelques variations des participations), seulement quatre ont complètement annulé le versement de dividendes. Il s’agissait de HDFC Bank, Axis Bank, Kotak Mahindra Bank et de l’aéroport international de Shanghai (SIA). L’annulation des dividendes des banques en Inde, comme dans le monde entier, a été imposée par les autorités, qui craignaient une autre implosion financière. L’annulation des dividendes du SIA n’est guère surprenante, mais la société a une trésorerie nette positive et cette annulation a été faite par prudence, et aussi parce qu’il s’agit d’une entreprise publique.

Comme nous l’avons déjà remarqué, c’est une arme à double tranchant. L’État soutient l’entreprise, mais clairement, les actionnaires ne sont pas toujours la priorité dans la prise de décision. La société est actuellement en cours de négociations pour acheter l’autre aéroport national de Shanghai. Il s’agit d’une transaction de type « changement de poche » menée par l’État*. Nous supposons que les actionnaires seront traités équitablement, mais cette dernière transaction illustre pourquoi la société ne représente qu’une participation de 1 %.

Levées de fonds limitées (uniquement les banques)

Aux pires moments de la pandémie mondiale de Covid, les banques indiennes ont collectivement chuté pour atteindre leurs plus bas niveaux de valorisation depuis 10 ans. Nous avons toujours considéré ces banques favorablement en termes d’appétit pour le risque et de prudence en matière de prêts. Cela a été confirmé par leur expérience ultérieure des créances douteuses.

Cela dit, beaucoup d’entre elles (y compris Axis Bank, HDFC Bank et Kotak Mahindra Bank) ont levé des fonds pendant cette période de crise. Avec le recul, cela était probablement inutile et quelque peu dilutif, bien que peut-être préconisé par le régulateur. En dehors du secteur bancaire, aucune des sociétés du portefeuille n’a dû recourir à des émissions de droits de souscription hautement dilutives et à des appels de fonds. C’était un soulagement.

Évidemment, c’est en partie grâce aux gouvernements qui ont soutenu les entreprises dans le monde entier, au prix du creusement des déficits budgétaires, en raison des aides à l’emploi et de la prise en charge des loyers. Cependant, nous considérons l’absence de levées de fonds comme un indicateur de qualité en termes de solidité du bilan. Nous avons toujours souligné que la plupart des sociétés du portefeuille ont une trésorerie nette positive. Comme cela a été dit précédemment : La plupart du temps, cela n’a pas d’importance, jusqu’à ce que ce soit la seule chose qui compte.

Bien que la trésorerie soit la réalité, il est vrai que les dividendes ont toujours été une considération secondaire en Asie comme sur les marchés émergents en général. Cela n’est pas surprenant, car les investisseurs se tournent à juste titre vers cette partie du monde pour trouver la croissance. À quoi bon se diversifier et prendre plus de risques ou au moins des risques différents (devise, politique et juridique entre autres) s’il n’y a pas de récompense ? Cela dit, nous nous intéressons toujours aux dividendes, surtout si nous pensons que les sociétés se montrent mesquines.

Les dividendes en tant que composante des rendements

Nous considérons les dividendes comme une composante importante des rendements des investisseurs. Rétrospectivement, les dividendes ont représenté environ 20 % du rendement global du portefeuille au cours de la dernière décennie. Au cours des cinq dernières années, ils ont baissé (à environ 15 %), alors que les rendements du capital ont explosé sur des marchés solides. La contribution historique des dividendes a été bien inférieure qu’en Occident, les dividendes étant une composante très importante (40 à 50 %) des rendements globaux sur un marché comme Londres. Cela dit, les rendements du capital ont alimenté les marchés américains au cours de la dernière décennie.

À l’avenir, nous pensons que les dividendes vont augmenter d’environ 8 à 10 % par an (p.a.), soit une augmentation équivalente à celle des bénéfices. Si nous regardons en arrière, la croissance réelle composée des dividendes du portefeuille a été respectivement de 7 % et 8 % par an au cours des cinq et 10 dernières années. La stratégie a probablement (et historiquement) produit une croissance réelle des bénéfices sous-jacents d’environ 8-12 % par an, avec un rendement en dividendes supplémentaire d’environ 2-3 %.

Performance composite (jusqu’au 31 mai 2021)

Ces chiffres font référence au passé. Les performances passées ne constituent pas des indicateurs fiables des résultats futurs. Pour les investisseurs basés dans des pays dont la monnaie n’est pas le dollar américain, le rendement peut augmenter ou diminuer en raison des fluctuations monétaires.

Les chiffres de performance de la stratégie sont la performance moyenne pondérée des fonds de FSSA IM qui contribuent à la stratégie en question, ils reposent sur les performances mensuelles et sont nets d’une commission de gestion annuelle par défaut de 0,85 %. Source : Lipper IM / First Sentier Investors (UK) Limited.

 

 

Dans le contexte d’autres alternatives, nous pensons que de telles perspectives sont raisonnablement attrayantes. Bien sûr, il est toujours important de savoir ce que l’on paye pour cette croissance attendue. À cet égard, la valorisation du ratio cours/bénéfice du portefeuille global de 23-25x, pour un rendement des capitaux propres de 20 % semble également raisonnable.

Enseignements tirés

Si le Covid peut être considéré à juste titre comme une version extrême d’un test de résistance d’assurance qualité du marché, alors avec le recul, le portefeuille semble avoir réussi le test. C’est au moins rassurant. Avec le recul, les enseignements tirés sont pour la plupart familiers et nous avons continué à concentrer le portefeuille et à éliminer certaines des positions périphériques plus petites.

Bien sûr, nous n’avons aucune idée de ce qui va passer ensuite. Cela dit, nous ne serions pas du tout surpris de voir les marchés continuer à pencher davantage vers la réalité plutôt que vers la vanité. Ce changement est après tout ce qui nous rend humains, car les marchés sont sans cesse tiraillés entre cupidité et peur. Nous espérons être solidement ancrés dans la réalité, et nous pensons que le portefeuille est bien équilibré, indépendamment de la saison de marché à venir.

Dernières publications

À mesure que les pays asiatiques se sont enrichis, leurs économies ont opéré une transition vers la consommation. Ainsi, l’augmentation des revenus par habitant s’est traduite par une augmentation des dépenses sur l’ensemble des biens et services.
  • Article
  • 6 Minutes

*Une transaction dans laquelle aucune des parties ne perd d’argent.

Source : Données sur les sociétés extraites des rapports annuels des sociétés ou d’autres rapports similaires destinés aux investisseurs. Les indicateurs financiers et les valorisations proviennent de FactSet et de Bloomberg. Au 30 juin 2021 sauf indication contraire.

Informations importantes

Ce document a été préparé uniquement à titre informatif et n’est destiné qu’à fournir un récapitulatif du sujet traité. Il ne prétend pas être exhaustif ou donner des conseils. Les opinions exprimées sont celles de l’auteur au moment de la publication et peuvent changer au fil du temps. Le présent document n’est pas un document d’offre et ne constitue pas une offre, une invitation ou une recommandation d’investissement dans le but de distribuer ou d’acheter des titres, actions, parts ou autres intérêts ou de conclure un contrat d’investissement. Personne ne doit se fier au contenu et/ou agir en se fondant sur un élément contenu dans le présent document.

Le présent document est confidentiel et ne doit pas être copié, reproduit, diffusé ou transmis, en tout ou partie et sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit sans notre accord écrit préalable. Les informations contenues dans le présent document ont été obtenues auprès de sources que nous estimons fiables et exactes au moment de la publication, mais aucune déclaration ou garantie, expresse ou implicite, n’est faite quant à la sincérité, l’exactitude ou l’exhaustivité des informations. Nous déclinons toute responsabilité pour toute perte découlant directement ou indirectement d’une utilisation du présent document.

Le terme « nous » fait référence à First Sentier Investors, un membre de MUFG, un groupe financier mondial. First Sentier Investors comprend un certain nombre d’entités dans différentes juridictions. MUFG et ses filiales ne garantissent la performance d’aucun investissement ou entité mentionnée dans le présent document ni le remboursement du capital. Les investissements auxquels il est fait référence ne sont pas des dépôts ou autres passifs de MUFG ou de ses filiales, et sont soumis au risque d’investissement, notamment à la perte de revenus et du capital investi.

Si le présent document concerne une stratégie d’investissement disponible pour l’investissement via un OPCVM britannique, mais pas via un fonds OPCVM de l’UE, alors cette stratégie ne sera disponible pour les investisseurs de l’UE/EEE que par l’intermédiaire d’un compte mandaté séparé.

Au Royaume-Uni, publication par First Sentier Investors (UK) Funds Limited qui est autorisée et régie au Royaume-Uni par la Financial Conduct Authority (numéro d’enregistrement 143359). Adresse du siège social : Finsbury Circus House, 15 Finsbury Circus, London, EC2M 7EB, Royaume-Uni, numéro 2294743. Dans l’EEE, publication par First Sentier Investors (Ireland) Limited qui est autorisée et régie en Irlande par la Banque centrale d’Irlande (numéro d’enregistrement C182306) en lien avec l’activité de réception et de transmission d’ordres. Adresse du siège social : 70 Sir John Rogerson’s Quay, Dublin 2, Irlande, numéro 629188. En dehors du Royaume-Uni et de l’EEE, publication par First Sentier Investors International IM Limited qui est autorisée et régie au Royaume-Uni par la Financial Conduct Authority (numéro d’enregistrement 122512). Adresse du siège social : 23 St. Andrew Square, Edinburgh, EH2 1BB numéro SCO79063.

Copyright © (2021) First Sentier Investors

Tous droits réservés.